Nous soutenons

2019 - Association Fauteuils roulants au sud

Au Sud

2002 - 2017 | 15ans d'activité

Créée en 2002 l’association Handicap Solidaire a découvert au fil des années les réalités du terrain et les enjeux du développement.

Les premières actions ont été l’envoi de fauteuils roulants de seconde main notamment pour les sportifs de la capitale du Burkina Faso. Dès 2004 les premiers pas ont été faits pour initier la fabrication locale de fauteuils roulants et un petit atelier a été équipé.

 

Dès 2005 l’ingénieur Jos Besselink travaillant au Burkina a consacré ses temps libres à améliorer la qualité des modèles et a dessiné un nouveau modèle de handbike qui a permis aux athlètes burkinabè d’obtenir de nombreux succès au niveau africain. De 2008 à 2010 un projet cofinancé par la Direction du Développement et de la Coopération a soutenu un bon nombre d’activités en faveur des personnes handicapées moteur du Burkina dont les principales activités concernaient toujours l’amélioration de la fabrication locale et le développement du sport en fauteuil roulant.

 

En parallèle Handicap Solidaire a suscité dès 2004 la création de la Coopérative des artisans handicapés du Burkina Faso qu’elle a soutenu jusqu’à présent d’une part par la vente en Suisse de l’artisanat et par de petits projets  visant essentiellement à l’amélioration de ses produits, et de sa  structure en vue de son autonomie.

 

Dès 2011 un projet commun avec Velafrica a permis d’améliorer encore les modèles de fauteuils roulants avec de nouveaux apports techniques mais aussi en visant la mise au point du processus global de dotation et de suivi des moyens de mobilité en allant dans le sens des recommandations de l’OMS en vue de la création d’un Service de mobilité durable assurant l’adaptation, la diffusion et le suivi des fauteuils roulants fabriqués localement.

 

Ces objectifs clairs ont porté la conception d’un  plan stratégique 2016-2025 adopté en Assemblée Générale. En septembre 2016 la révision des statuts et de l’organisation par rapport aux objectifs du Plan Stratégique a abouti à la création de Fauteuils Roulants au Sud.

 

Confiants et conscients que le succès de ce modèle ouvrirait la voie à sa reproduction dans d’autres pays, Fauteuils Roulants au Sud affine ses outils de gestion, de communication et de suivi, en s’appuyant notamment sur les fortes compétences de la Coordination au Burkina.

 
 
 

Fonctionnement en Suisse

 

Le fonctionnement est régi par les statuts adoptés par l’Assemblée générale extraordinaire du 16 septembre 2016.

Les organes de l’association sont le comité, le secrétariat et les  commissions.

 

 

 

 

Membres du comité

 

  •  Pierre Mühlethaler, président
  •  Philippe Beuret, coordonateur Sud
  •  Sabine Siffert, secrétaire
  •  Catherine Beuchat, comptable
  •  Arnaud Crevoisier, communication
  •  Noémie Viatte, communication
  •  Pauline Ermanni, communication
  •  Xénia Tschann, communication

 

Des commissions temporaires ou permanentes sont créées selon les besoins et assument un cahier des tâches proposé par le comité, auquel elles rendent compte et font part de leurs recommandations.

 

 

 

Commission technique

(améliorations de la qualité des modèles et des adaptations, formation du personnel local)

  • Jürg Krebs, ingénieur
  • Claudia Lopez, ergothérapeute
  • Stephan Mausen, ergothérapeute, spécialiste position assise
 
 

 

 

Fonctionnement au Burkina Faso

 

Le fonctionnement au Burkina est supervisé et assuré par la Coordination Burkina.

Le Coordonnateur Mr Klena Abdoulaye Traoré est un sociologue professionnel du développement, détenteur de deux masters dans le domaine et spécialiste des questions du handicap auxquelles il a consacré une grande partie de ses travaux d’études  et publications.

Il a également été chef du projet 2008-2010 cofinancé par Handicap Solidaire et la Direction du Développement et de la Coopération suisse.

 

La responsable du Service d’accompagnement mobilité intégration (SAMI) est Mme Nathalie Ilboudo licenciée en droit  et spécialisée dans la défense des droits des femmes en situation de handicap. Elle a été responsable du Centre d’écoute de Handicap Solidaire Burkina pendant plusieurs années et a notamment une grande expérience dans l’accompagnement des enfants et adolescents handicapés moteurs ainsi que dans la sensibilisation des familles et de l’entourage.

 

Le Centre pour la fabrication locale de moyens de mobilité a été constitué en Sàrl sous le nom de Centre Petit Joseph, du nom du premier apprenti, Joseph Tiendrebeogo qui, adolescent, a été formé dans l’atelier et ne l’a pas quitté depuis.

 

L’association est membre de la Fédération Interjurassienne de Coopération et Développement.